Contribuez au développement de la FQA :

Dernier rapport d'activités

Mot de la présidente 2017-2018

Dans les tout derniers jours du mois de mars, Walmart a lancé une pierre dans le monde de l’emploi des personnes autistes. La multinationale a mis fin à un programme qui durait depuis de nombreuses années et qui permettait à des dizaines de personnes autistes ou ayant une déficience intellectuelle de prendre une part active à la vie de leur communauté. Sans aucun préavis, celles-ci ont dû prendre le chemin de la maison. Pour plusieurs, il y a eu un sentiment de trahison et une impression de perte.

Est-ce que le programme était parfait? Non. Est-ce que certaines des personnes qui y travaillaient auraient pu être salariées plutôt que de recevoir 6 $ par jour? Oui. Est-ce que Walmart a mal géré la crise? Oui. Mais ce qu’on peut retenir de cette crise, c’est que plusieurs autres employeurs ont levé la main pour accueillir les personnes qui venaient de perdre leur emploi. C’est une bonne nouvelle. Oui, ces employeurs auraient pu le faire avant, sans doute. Mais plus il y aura d’employeurs satisfaits et de collègues sensibilisés, plus il sera facile d’intégrer les personnes sur le marché du travail.

Le Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées (ROSEPH) s’est aussi manifesté pour réclamer du gouvernement provincial des investissements dans l’enveloppe des contrats d’intégration au travail (CIT). « Depuis maintenant 5 ans, le ROSEPH est en attente du dépôt par le gouvernement d’une seconde phase à la Stratégie nationale pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées 2008-2013 où des investissements importants doivent être consentis, notamment à la mesure CIT, afin d’augmenter le taux d’emploi des personnes handicapées qui demeure nettement inférieur à celui des personnes sans incapacités. »

Cette enveloppe n’a pas été bonifiée depuis plusieurs années, alors qu’elle représente souvent une occasion pour trouver un premier emploi pour les personnes autistes, le temps qu’elles puissent prouver à leur employeur qu’elles sont des employées hors pair.
Naturellement, pour se rendre sur le marché du travail, encore faut-il arriver à terminer le secondaire. On entend de plus en plus de parents dont les enfants sont envoyés sur la voie des FPT (formation préparation au travail), alors que ces derniers ont forte-ment indiqué leur intérêt pour demeurer dans un programme scolaire. Ils ne sont pas à jour au point de vue scolaire, mais ils aiment et veulent continuer d’étudier. On entend encore des écoles dire que les jeunes sont plafonnés, alors que ce sont les établissements d’enseignement qui n’ont pas su mettre en place des services adaptés répondant aux besoins des élèves autistes. Il faudrait arrêter de rejeter l’odieux sur les élèves et accepter, comme école, de remettre en question ses méthodes éducatives.

Le conseil d’administration s’est réuni, en personne ou par téléphone, à cinq reprises, en plus de l’assemblée générale annuelle et du lac-à-l’épaule. Bien sûr, il faut ajouter à cela les rencontres des divers comités de travail. Les associations régionales investissent plusieurs heures chaque année pour soutenir la Fédération dans ses nombreux travaux.

Je remercie mes collègues :

  • Jocelyne Sylvestre de l’Outaouais
  • Aline Moreau de Lanaudière
  • Germain Lafrenière de Laval
  • Christine Lavoie de la Montérégie
  • Martine Martin des Îles-de-la-Madeleine
  • Tommy Bédard de l’Abitibi-Témiscamingue
  • Jacques-René Giguère de la Côte-Nord

Le pouvoir du groupe demeure une des grandes forces de la Fédération.

Je tiens à remercier encore une fois notre directrice, Jo-Ann Lauzon, pour le travail extraordinaire effectué pendant l’année. Non, nous ne réussissons pas toujours à atteindre les résultats voulus, mais elle peut être fière du travail réalisé. La Fédération est derrière toutes les associations régionales, mais elle est aussi derrière tous les parents et toutes les personnes autistes de la province.

Lili Plourde

Rapport d'activités annuel 2017-2018

Consultez les rapports d'activités des années antérieures

Contribuez au développement de la FQA
Faire un don
Devenir bénévole Devenir membre
Nos partenaires