You are here:

Vous avez des questions, on a les réponses…

Vous manquez de temps et vous avez besoin d’informations “généralistes” sur l’autisme? En 5 questions/réponses, voici de quoi vous donner envie d’en apprendre plus…

N’hésitez pas à consulter les différents profils (Je suis autiste, Je suis parent ou proche aidant, Je travaille en autisme) si vous souhaitez aller plus loin dans votre compréhension de l’autisme.

Qu’est-ce que l’autisme?

L’autisme, également connu sous le nom de trouble du spectre de l’autisme (TSA), est un trouble neurodéveloppemental avec des répercussions d’intensité variable sur la communication, les interactions sociales et le comportement d’une personne. L’autisme est souvent diagnostiqué dès l’enfance, mais, pour plusieurs raisons, il peut être diagnostiqué tardivement. L’autisme n’est pas une maladie. Par conséquent, en dehors de méthodes d’intervention qui visent à « réduire » certaines difficultés en développant les compétences sociales et en communication ainsi que les comportements adaptatifs, il n’existe aucun traitement pour cette condition spécifique. En revanche, certaines diagnostics associés (anxiété, trouble du comportement alimentaire, etc.) peuvent faire l’objet de médication.

 

Quelles sont les causes de l’autisme ?

Les causes exactes de l’autisme ne sont pas encore complètement comprises. Cependant, la recherche médicale suspecte une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux, sans que cela ne soit définitivement prouvé. Des études ont montré que certains gènes peuvent jouer un rôle dans le développement de l’autisme, mais il n’y a pas de gène spécifique responsable de tous les cas.

 

Comment l’autisme est-il diagnostiqué ?

Au Québec, le diagnostic de l’autisme repose généralement sur une évaluation complète réalisée par des professionnels de la santé spécialisés (psychologues ou équipes pluridisciplinaires). Ils utilisent les critères diagnostiques établis pour évaluer les comportements, les habiletés sociales et les modèles de communication de la personne. Pour les enfants, le processus de diagnostic inclut des entretiens avec les parents, des observations cliniques et des évaluations standardisées. Pour les adultes plus âgés, l’évaluation diagnostique est souvent plus complexe (difficulté d’obtenir des témoignages sur leur enfance, etc.), mais il existe aussi des outils standardisés tout en respectant les lignes directrices de l’Ordre des psychologues du Québec.

 

Comment interagir avec une personne autiste?

Il est de coutume de dire qu’il y a autant d’autisme que de personnes autistes. Cela veut dire qu’elles n’ont ni les mêmes caractéristiques ni la même intensité dans leurs réactions. Certaines sont par exemple hypersensibles (au son, au toucher, à l’odorat, etc.) alors que d’autres seront plutôt hyposensibles. À titre d’exemple, certaines personnes autistes sont mal à l’aise avec une simple poignée de main ou même une tape amicale sur l’épaule; leur corps « gardant » longtemps la sensation qui les empêche alors de penser à autre chose. Dans tous les cas, il est donc préférable de demander à la personne ses préférences. La surprise est globalement un sujet d’anxiété pour les personnes autistes qui ont souvent besoin de routine; il faut donc veiller à anticiper les interactions et là encore privilégier les « canaux » (prise de rendez-vous par courriel ou message texte plutôt qu’un coup de téléphone à l’improviste).

 

Quels sont les chiffres de l’autisme au Québec?

Au Québec, le taux de prévalence est en constante augmentation : il est estimé aujourd’hui à environ 1,5%.

Selon un rapport produit par la Fondation Miriam, on recensait en 2014 plus ou moins 76 000 personnes autistes au Québec. Quant au rapport de l’Institut national de santé publique intitulé Surveillance du trouble du spectre de l’autisme et produit en 2017, il mentionne qu’il y a au Québec 16 940 enfants âgés de 1 à 17 ans et ayant un diagnostic d’autisme faisant ainsi de cette condition la plus recensée en milieu scolaire.

Et au Canada?

L’estimation de la prévalence de l’autisme au Canada, incluant les enfants et les adultes, est de 1 sur 94. Chez les enfants et les adolescents âgés de 5 à 17 ans, la prévalence globale du TSA selon le rapport 2019 du Système national de surveillance du trouble du spectre de l’autisme est de 1 sur 66.

► Consulter un document de l’Agence de la santé publique du Canada, qui présente le taux de prévalence de l’autisme chez les jeunes de 5 à 17 ans au Canada en 2018. Il n’y a pas eu d’autres éditions de ce document.

À noter: il existe peu de statistiques sur l’autisme au Canada et au Québec.

Banque
de ressources

Icone Banque de ressources