Une fois adulte, mon frère ne pourra résider seul. Dois-je intervenir dans le choix d'un milieu de vie?

Dans le cas où votre frère ne pourrait habiter seule ou nécessiterait de l’aide au quotidien, le milieu de vie est un enjeu d’autant plus crucial. Sachez que la fratrie n’a pas d’obligation légale à prendre la personne autiste sous son toit. C’est un choix très personnel qui vous appartient.

Malgré tout, vous croyez qu’il est de votre devoir moral d’héberger votre frère ou vos parents anticipent que vous preniez leur relais. Ils vous ont peut-être même signifié leurs attentes explicitement. Vous craignez qu’un refus d’héberger votre frère soit interprété comme un manque d’amour ou de loyauté. Vous ressentez beaucoup de pression et de culpabilité par rapport à la question. Il est primordial que cette décision soit prise de façon éclairée et qu’elle tienne compte de votre contexte personnel, de votre désir (et celui de votre partenaire de vie, le cas échéant) et vos capacités à assumer une telle responsabilité par rapport à votre frère.

Extrait du Guide de la fratrie, édité par la FQA

Fermer cette fenêtre