Contribuez au développement de la FQA :

GREENSPAN

Généralités

Parmi les nombreuses méthodes éducatives utilisées avec les enfants autistes, la méthode du Dr Stanley Greenspan se démarque par son originalité et sa philosophie. Nommée parfois Floor-Time, pour évoquer les activités ludiques au niveau du sol qu’elle propose, cette thérapie par le jeu permet à l’enfant d’interagir avec son entourage dans l’exercice de ses activités. L’enfant contrôle en quelque sorte ses activités quotidiennes et ce sont ses parents ou ses éducateurs qui s’intègrent à son monde sans lui imposer de programme ou d’horaire précis.

La méthode Greenspan ne se base pas sur des enseignements et des programmes structurés imposés à l’enfant. Elle ne vise pas non plus la répression des comportements inappropriés, même si elle conduit éventuellement à de tels résultats. En fait, l’approche Greenspan a comme objectif premier de susciter une communication réciproque menée par l’enfant plutôt que par l’intervenant. Elle aide l’enfant à devenir plus attentif à ce qui l’entoure, à être plus flexible aux changements imposés, à prendre plus d’initiatives dans ses interactions, à tolérer davantage la frustration et à prendre plaisir à l’apprentissage

L’originalité de la méthode tient à la reconnaissance que les enfants apprennent par l’intermédiaire de leurs jeux et qu’ils acceptent notre intrusion dans leur monde quand ils le veulent bien. La thérapie est centrée sur l’enfant, se bâtit autour de lui et le considère dans son intégralité (et non en blocs de développement séparés). Selon cette approche, des jeux bien dirigés donneraient d’aussi bons résultats que tout autre méthode d’apprentissage. De plus, comme le langage n’est pas un préalable, la méthode peut s’appliquer avec succès aux enfants autistes non verbaux.

En pratique, la thérapie se déroule habituellement sous forme de segments de 20 minutes suivis chaque fois de 20 minutes de pause. Les périodes se prolongent à mesure que l’enfant s’habitue.

La thérapie peut se diviser en cinq étapes :

  • Il importe tout d’abord de faire des observations perspicaces et précises pour déterminer le niveau actuel de fonctionnement de l’enfant. Ses expressions faciales, ses attitudes, les mots qu’il utilise, son intérêt du moment, etc., pourront aider à déterminer la meilleure façon de s’introduire dans son monde. Par exemple, s’il joue avec des autos, l’observation de son comportement va permettre de savoir s’il les regarde seulement, s’il les fait rouler ou entrer en collision, s’il semble absorbé par son jeu.
  • Il s’agit ensuite de déterminer la meilleure approche pour susciter une communication avec l’enfant. Si l’on observe qu’il provoque des accidents entre ses automobiles, on peut ainsi s’asseoir avec lui et l’imiter.
  • Il faut se laisser guider par lui. Il s’agit de devenir son partenaire de jeu en lui laissant le choix des mises en scène. Cela renforcera son estime de soi et lui donnera le sentiment d’être compris. Demandez-lui quoi faire, quelle voiture vous pouvez prendre, etc.
  • La quatrième phase de la méthode exige de pousser le jeu plus loin en posant des questions, en faisant des commentaires, en introduisant des obstacles et des problèmes, etc. On peut, par exemple, inventer une montagne qui bloque la voie à ses voitures et lui demander où elles voulaient se rendre.
  • Finalement, l’enfant doit fermer le cercle de communication que vous avez ouvert en répondant à vos questions, en émettant des commentaires ou en résolvant les problèmes que vous avez imaginés. Ainsi, il peut inventer un autre chemin pour contourner la montagne ou un tunnel pour la traverser. Il peut vous répondre que les voitures se rendent chez grand-maman, etc.

Renseignements pratiques

La méthode Greenspan enseigne aux parents comment engager leur enfant dans une voie plus joyeuse, plus détendue. Elle mettrait en place une structure solide pour le développement neurologique/cognitif futur.

Voici plusieurs conseils et idées pour aider le parent à adapter à son quotidien une approche inspirée de celle de Greenspan. Notez que les jouets et les idées doivent correspondre à l’âge, au niveau et à la personnalité de l’enfant et qu’il n’est absolument pas nécessaire, pour que la méthode fonctionne, de posséder tout le matériel et de réaliser toutes les suggestions proposées.

  • Nourriture et couverts en plastique;
  • moyens de transport miniatures, signes routiers et routes;
  • poupées (une fille et un garçon) et accessoires;
  • animaux en plastique;
  • téléphones-jouets, tableau et craies (blanches et de couleur);
  • livres avec images, chiffres et lettres en plastique;
  • blocs lego;
  • carton de construction et crayons de couleur;
  • ballons et balles;
  • jeux extérieurs : carré de sable et accessoires, balançoires.

Appliquer la méthode à la maison…

  • lors de l’habillement et du déshabillage;
  • lors des repas;
  • lors des déplacements en voiture;
  • au moment du bain;
  • au coucher.

Développement de la communication réciproque

  • Jouez au « ping-pong » verbal, c’est-à-dire répondez à tous les sons ou mots que fait votre enfant. Si l’enfant fait un son, répétez-le et dites-en un autre. (ex. : chat/chat, chien/chien, cochon);
  • jouez à des jeux d’enfants tels que la tague, le chat et la souris, « Jean dit »;
  • donnez de nouvelles significations à des actions autres que celles habituelles;
  • encouragez les comportements agréables de votre enfant et n’interrompez jamais une activité plaisante.

Développement des habiletés motrices

  • Placez une pièce de casse-tête au mauvais endroit;
  • cachez l’objet désiré ou changez-le de place;
  • donnez des destinations aux actions (si votre enfant lance ses jouets, amenez-le près du panier de basketball; s’il frappe, amenez-le près des tambours; etc.);
  • créez des problèmes que votre enfant doit résoudre;
  • changez l’environnement fréquemment pour encourager la flexibilité;
  • encouragez votre enfant à initier et à poursuivre les actions;
  • donnez des conséquences symboliques aux actions (si une poupée tombe, demandez à votre enfant de la soigner, etc.);
  • inventez une chasse aux trésors avec des cartes;
  • encouragez les activités sportives.

Création d’un monde symbolique et de pensées abstraites

  • Amenez votre enfant à découvrir ce qui est réel et ce qui est un jeu;
  • donnez une signification symbolique aux objets (un tapis devient une rivière, une chaise devient un podium, etc.);
  • présentez des objets symboliques susceptibles de traduire les sentiments de votre enfant (s’il veut partir, donnez-lui des clés de voiture et une voiture miniature, etc.);
  • utilisez des figurines de plastique en leur donnant les noms des membres de votre famille;
  • parlez directement aux poupées;
  • posez des questions abstraites (Pourquoi? Quelle est ton opinion? );
  • acceptez et comprenez tous les sentiments de votre enfant et encouragez l’empathie;
  • faites de la visualisation;
  • encouragez les jeux de rôles en utilisant des costumes et des animaux en peluche;
  • soyez créatif.

Création de problèmes

  • Faites semblant de verser le jus sans retirer le bouchon;
  • demandez à votre enfant de venir prendre son bain alors que le bain est vide;
  • changez l’emplacement de ses objets préférés;
  • enfilez-lui deux bas sur le même pied;
  • lisez un livre en commençant par la fin;
  • donnez-lui des crayons qui ne fonctionnent pas;
  • tendez-lui votre soulier à la place du sien.

Quelques questions à se poser pour obtenir des résultats

  • Est-ce que je comprends les besoins et les émotions de mon enfant?
  • Est-ce que je lui impose mes actions?
  • Est-ce que j’utilise des gestes encourageants?
  • Est-ce que j’approche mon enfant lentement et en le respectant?
  • Est-ce que je sais quand il est approprié de répondre par un geste ou par une phrase?
  • Est-ce que j’utilise une voix calme?

Conseils généraux

  • Laissez-vous guider par votre enfant;
  • insistez pour obtenir une réponse;
  • n’imposez jamais vos actions;
  • cherchez toujours à pousser l’activité le plus loin possible;
  • n’interrompez pas une activité tant qu’il y a une interaction;
  • mettez l’accent sur le déroulement du jeu;
  • engagez-vous dans les activités;
  • ne transformez pas un jeu en leçon.

Résumé

Bien que n’ayant pas été conçue spécifiquement pour les enfants autistes, la méthode Greenspan peut amener d’excellents résultats auprès d’eux. Ceux-ci peuvent cependant varier d’un enfant à l’autre, et la méthode doit être accompagnée d’un programme éducatif bien équilibré (ABA, TEACCH, etc.). L’un des grands avantages de l’approche Floor-time est qu’elle ne nécessite pas l’intervention d’éducateurs spécialisés. Elle peut donc être facilement introduite par les parents dans le quotidien.

Certaines erreurs doivent toutefois être résolument évitées :

  • prendre le contrôle du jeu, essayer d’amener l’enfant à faire ce que vous désirez;
  • ne pas allouer de période de temps adéquate pour les activités;
  • transformer le jeu en une approche didactique;
  • avoir des attentes basées sur le comportement et les habiletés des autres enfants non autistes.

En fait, si la méthode est appliquée judicieusement, la motivation générée par le jeu amènera votre enfant à communiquer uniquement pour le plaisir. C’est pourquoi la notion la plus importante de la méthode Greenspan est le plaisir partagé.

Contrairement aux autres méthodes qui se concentrent surtout sur le développement cognitif ou sur le comportement, la méthode Greenspan vise le développement émotionnel. Elle évite de concentrer les exercices dans les domaines où l’enfant présente des déficits (ce qui pourrait augmenter ses frustrations et mettre en évidence les situations où il n’est pas à la hauteur). Plutôt que de lui imposer un cadre rigide, elle aide plutôt à convertir en interactions les actions de l’enfant.

Pour aller plus loin

GREENSPAN, I. Stanley, WIEDER, Serena et WESLEY, Addison. The Child with Special Needs : Encouraging Intellectual and Emotional Growth, 1998.

GREENSPAN, I. Stanley. Infancy and Early Childhood - The Practice of Clinical Assessment and Intervention with Emotional and Developmental Challenges, International Universities Press, Inc., 3th edition, 1997.

Stanley Greenspan
www.stanleygreenspan.com

Guide pour un programme à domicile Pour des parents, par des parents (Traduction de The parent network : a resource guide, 2003)

Contribuez au développement de la FQA
Faire un don
Devenir bénévole Devenir membre
Nos partenaires