Contribuez au développement de la FQA :

La coupe des services en éducation : où cela s'arrêtera-t-il ?

COMMUNIQUÉ
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Montréal, le 23 septembre 2015 – Avec le dépôt de notre pétition à l’Assemblée nationale, nous demandons une fois de plus au Gouvernement que tous les élèves handicapés ou en difficultés d’adaptation ou d’apprentissage aient une place à l’école, au même titre que les autres élèves du Québec. L’article 1 de la Loi sur l’instruction publique stipule d’ailleurs que toute personne a droit au service de l’éducation préscolaire et aux services de l’enseignement primaire ou secondaire et ça jusqu’à ce qu’elle ait atteint 21 ans dans le cas d’une personne handicapée.

À la Fédération québécoise de l’autisme, nous croyons qu’aucun enfant, quelles que soient ses difficultés, ne devrait être considéré comme non scolarisable et se voir offrir de 3 à 5 heures par semaine de scolarisation à la maison. Après avoir tenté toutes les interventions reconnues, si un enfant se retrouvait dans cette situation, ses parents devraient recevoir des services pour les soutenir. Actuellement, quand un enfant n’est pas scolarisé, le réseau de la santé et des services sociaux n’offre aucun soutien à la famille sous prétexte qu’il ne veut pas se substituer au réseau de l’éducation.

À la fin de l’année scolaire 2014-2015, plus de 100 enfants étaient non scolarisés. Bien que le Gouvernement nous assure que ses réformes n’affectent pas les services, le Protecteur du citoyen a constaté que certains de ces choix gouvernementaux se font au détriment des citoyens.

Le début de l’année scolaire 2015-2016 est marqué par la perte d’emploi de plus de 265 professionnels de l’éducation : des psychoéducateurs, des conseillers pédagogiques, des psychologues et des orthopédagogues sont touchés. On assiste à la fermeture de classes spécialisées, les techniciens en éducation spécialisée sont remplacés par des préposés aux élèves handicapés, on diminue les heures d’accompagnement aux élèves en difficulté et il semble que toutes ces mesures ne soient qu’un début. Dans ce contexte, de nombreux élèves qui ne recevront pas le soutien dont ils ont besoin iront grossir les rangs des élèves à qui l’on offre entre 3 et 5 heures de scolarisation à la maison sans aucun service supplémentaire.

Les familles ne savent plus à qui s’adresser. Quand elles veulent faire reconnaître les droits de leur enfant, elles se heurtent à une fin de non-recevoir auprès des instances qui devraient les soutenir dans leurs démarches. Bien que le ministère de l’Éducation ait été avisé à plusieurs reprises des diminutions importantes de service aux élèves handicapés ou en difficultés d’adaptation ou d’apprentissage, il ne se prononce pas. Le Gouvernement n’a pas le droit, par ses mesures d’austérité, de laisser tomber tous ces enfants et leur famille.

-30-

Point de presse du 22 septembre : www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-parlementaires/activites-presse/AudioVideo-61217.html

Pour renseignements : Jo-Ann Lauzon
Fédération québécoise de l’autisme
514 270-7386 / direction@autisme.qc.ca

La Fédération québécoise de l’autisme est un regroupement provincial de plus de 85 organismes qui ont en commun les intérêts de la personne autiste et ceux de sa famille et de ses proches.

Contribuez au développement de la FQA
Faire un don
Devenir bénévole Devenir membre
Nos partenaires