Contribuez au développement de la FQA :

Plus ça change, plus c’est pareil

COMMUNIQUÉ

Montréal, le 10 décembre 2014 — C'est sans tambour ni trompette que les résultats des travaux du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) sur les activités socioprofessionnelles et communautaires ont été rendus publics hier. Amorcés sous le gouvernement Marois, ces travaux faisaient suite à de nombreuses actions du réseau associatif des personnes handicapées ainsi qu’à des pétitions déposées à l’Assemblée nationale afin de faire valoir les besoins urgents à combler en matière d’activités socioprofessionnelles et communautaires. En 2012, dans son rapport spécial sur les services aux jeunes et aux adultes présentant un trouble du spectre de l’autisme, le Protecteur du citoyen recommandait aussi d’en faire une priorité.

La Fédération québécoise de l’autisme avait accepté de participer aux travaux du comité conseil du MSSS à condition que ceux-ci conduisent à des solutions concrètes pour les adultes autistes. Ces derniers sont nombreux à se retrouver assis chez eux, sans services au terme de leur scolarisation, avec leur famille comme source principale de soutien.

Notre déception n’a été que plus grande lorsque nous avons pris connaissance des « actions concrètes » proposées par le MSSS dans son rapport afin de venir en aide à ces adultes et leur famille. Encore une fois on propose la création de guides, la rédaction de documents, la mise en place de comités de travail, le développement de lignes directrices pendant qu’aucun service concret n’est offert aux personnes autistes ou présentant tout autre handicap, et cela sans préciser d’échéanciers délimitant les travaux. Finalement, presque deux ans ont été perdus pour arriver aux mêmes conclusions qu’avant le début des travaux : le développement des ressources socioprofessionnelles et communautaires est PRIORITAIRE et tous les acteurs doivent y contribuer.

Qui plus est, on peut même dire qu’on a fait un pas en arrière, puisqu’entre-temps le gouvernement Couillard a mis sur pied un comité permanent de révision des programmes dans le but de réduire les dépenses de l’État. On constate déjà des coupures dans les services et programmes existants et on a perdu tout espoir de nouveaux investissements. À titre d’exemple : la promesse non tenue de rehausser le financement des organismes communautaires, les contrats d’intégration au travail qui sont déjà gelés ou carrément coupés et les restrictions importantes au niveau du transport adapté.

Comment, dans ces conditions, pourra-t-on développer les ressources socioprofessionnelles et communautaires pour les milliers de personnes ayant une déficience qui souhaitent poursuivre un projet de vie valorisant?

— 30 —

Pour renseignements : Jo-Ann Lauzon
Fédération québécoise de l’autisme
514 270-7386 / direction@autisme.qc.ca
www.autisme.qc.ca

Contribuez au développement de la FQA
Faire un don
Devenir bénévole Devenir membre
Nos partenaires