Contribuez au développement de la FQA :

À la mémoire de Michel Francoeur

31 août 2016 - C’est avec une profonde tristesse que la Fédération québécoise de l’autisme a appris le décès de M. Michel Francoeur, père d’une personne autiste et personnalité marquante de l’histoire de l’autisme au Québec depuis de nombreuses années.

Ceux qui ont eu la chance de rencontrer M. Francoeur se rappelleront son dévouement, sa gentillesse, sa générosité sans borne et son ouverture d’esprit. M. Francoeur a toujours été soucieux d’être à l’écoute des personnes autistes pour éviter de leur imposer des modèles qui souvent ne leur convenaient pas.  Ceux qui, comme nous, ont eu le privilège de travailler à ses côtés se souviendront également de son amour des personnes autistes et de sa volonté d’adapter la société pour eux, et non l’inverse.

Ses collègues et partenaires se remémoreront ses fréquents mots d’encouragement et de félicitations. Tous se souviendront aussi de sa grande humilité et de son tact, malgré l’étendue de son savoir et de ses expériences.  Ainsi, il a réellement joué le rôle du grand sage auprès de qui on pouvait toujours trouver réponses et conseils.

En effet, dès les années 90, M. Francoeur a fait partie des pionniers québécois qui ont mis en place des structures susceptibles de répondre aux besoins des personnes autistes en matière d’hébergement, d’intégration au travail ou d’activités de jour. Il a également fait partie du groupe de parents fondateurs de l’association Autisme Centre-du-Québec.

Membre actif de nombreux comités et conseils d'administration sur la scène régionale, provinciale et même mondiale, M. Francoeur a aussi occupé une place de choix au sein de plusieurs associations qu’il a aidées dans la réalisation concrète de leurs projets.

À la Fédération québécoise de l’autisme, M. Francoeur a fait office de bénévole, de mentor et d’ami. Il s’est joint au conseil d’administration en 1995 et n’a cessé depuis de nous accompagner dans notre travail, n’hésitant jamais à nous rappeler qu’entre plusieurs questions administratives, il était toujours primordial de ne pas oublier notre mission : les personnes autistes.

Son grand engagement auprès des personnes autistes ne s’est d’ailleurs pas arrêté à sa présence au sein d’organismes : il a personnellement accompagné plusieurs d’entre elles, pour lesquelles il est souvent devenu un véritable mentor.

Côtoyer cet homme exceptionnel a été un véritable privilège et un honneur certain et c’est avec tristesse que nous adressons nos plus sincères condoléances à sa famille.

La Fédération québécoise de l'autisme

***

C’est le monde de l’autisme en entier qui est en deuil. Le 31 août 2016, Michel Francoeur est décédé.

Monsieur Francoeur s’introduisait dans votre vie sans formalité, doucement. Dès les premiers instants, vous étiez frappé par l’impression de sagesse émanant de l’homme qui vous faisait face, mais aussi, de sous son abondante chevelure blanche et bouclée, par son incroyable regard bleu, plein d’amour et de bienveillance. Ses yeux se fixaient longuement sur chaque personne autour de vous, qu’ils embrassaient de leur bonté.

Je n’ai jamais connu, chez Monsieur Francoeur d’autre présence que celle-là : celle d’un mentor au service de son disciple, celle d’un chef d’orchestre que personne ne voit, mais dont la musique s’entend de tous, celle d’un grand homme.

Quelque chose, en effet, distingue l’homme bon du grand homme : alors que l’homme bon tente de faire du bien où il se trouve et dans la mesure de ses moyens, le grand homme, lui, se laisse oublier pendant que son œuvre prend des dimensions qui dépassent de loin sa présence ou ses moyens. Tel était Michel Francoeur. Peu se rappelleront, à moins d’en faire l’effort, toutes les belles choses, les actions justes, les idées nouvelles, dans d’innombrables maisons, plusieurs institutions et jusque dans des universités, dont on trouve chez ce révolutionnaire tranquille, l’origine et l’inspiration.

Monsieur Francoeur vous invitait à faire des choses. En toute délicatesse. Et vous les faisiez. Pour lui, alors même qu’il n’en tirait aucun bénéfice. L’amour le guidait, et c’est pourquoi vous l’avez entendu dire du bien de vous et de votre entourage, bien davantage que du mal de qui que ce soit. Il vous faisait sentir exceptionnel, et les mots qu’il employait pour vous décrire ne s’embarrassaient pas de fards. Il disait combien il vous aimait.

Et son regard bleu sous les vagues de cheveux blancs… Quand Monsieur Francoeur vous regardait, c’était un peu le ciel que vous voyiez. Mais lui-même n’aurait guère apprécié que vous le lui disiez. Il affirmait qu’après la mort, plus rien n’était. J’espère qu’il me pardonnera de lui répondre qu’il reste beaucoup, beaucoup de Michel Francoeur chez moi, chez vous, et partout autour de nous, et cette présence est immensément fertile. Elle ressemble à un immense jardin sans frontières. On en récoltera les fruits pendant très, très longtemps. Nous aurons le devoir de nous rappeler sur quelle terre ils ont poussé.

Stéphane Blackburn

***

Consulter l’avis de décès.

Contribuez au développement de la FQA
Faire un don
Devenir bénévole Devenir membre
Nos partenaires