Contribuez au développement de la FQA :

Le recours collectif pour des services de stimulation précoce intensifs pour les enfants : l’aboutissement de nombreuses années de démarches sans résultats concrets

Par Lucille Bargiel

Au nom de la Fédération québécoise de l'autisme et des autres troubles envahissants du développement, je tiens à réitérer l'appui de cet organisme à la démarche des parents qui réclament pour leurs enfants des services de stimulation précoces intensifs et qui ont engagé un recours collectif à cet effet.

Depuis plus de 25 ans, sous le nom de Société québécoise de l'autisme jusqu'à récemment, la Fédération travaille à faire reconnaître les besoins des personnes autistes et de leurs familles. Elle réclame depuis longtemps des services de stimulation pour les enfants, convaincue de l'impact de tels services sur l'avenir de ces enfants et sur la réduction à long terme des coûts sociaux entraînés par l'autisme.

Il est plus que temps que les enfants obtiennent l'aide requise, pour ne pas joindre à leur tour la cohorte de ceux qui les ont précédés, privés de services de réadaptation et de scolarisation appropriés, alors que leurs familles devaient supporter à peu près sans aide les exigences de leur éducation. Actuellement, plusieurs de ces personnes se trouvent encore sans services, souvent hospitalisées faute de ressources résidentielles et d'activités de jour, trop souvent placées sous contentions physiques et chimiques faute d'approches adaptées à leurs caractéristiques. Leurs familles continuent à s'épuiser à tenter d'obtenir de l'aide et vivent dans l'angoisse de l'avenir, ne sachant ce qu'il adviendra de leur fils ou leur fille.

Pendant le dernier quart de siècle, la Fédération a défendu par tous les moyens possibles les intérêts des personnes autistes et de leur famille, réclamant des services de stimulation, d'éducation et de réadaptation ainsi que le soutien nécessaire pour les familles en détresse, pour les parents, pour les frères et sœurs. C'est pourquoi elle se joint aux parents qui se sont regroupés pour intenter ce recours collectif en vue d'un meilleur avenir pour leur enfant.

Les membres de la Fédération attendent avec impatience des gestes concrets de la part du ministre de la Santé et des Services Sociaux suite au dépôt du rapport du Comité aviseur provincial en autisme en février dernier. Cette fois, nous attendons du gouvernement plus que des orientations et des principes directeurs : nous le pressons de mettre en place sans tarder un plan d'action pour les personnes autistes ou présentant un trouble envahissant du développement et pour leur famille et ce avec les ressources financières nécessaires pour réellement faire la différence.

______________
Lucille Bargiel,
FQATED
21 octobre 2002

Contribuez au développement de la FQA
Faire un don
Devenir bénévole Devenir membre
Nos partenaires