Contribuez au développement de la FQA :

Monsieur Charest, le Québec ne doit pas reculer en matière d’intégration : La classe ordinaire pour tous les élèves doit demeurer la norme.

COMMUNIQUÉ

Québec, 19 janvier 2011 - Répondant à la campagne de capsules vidéos de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) qui réclame plus de classes spécialisées en invoquant que l’intégration des élèves handicapés est allé beaucoup trop loin, l’AQRIPH voudrait réaffirmer que l’intégration à la classe ordinaire pour tous les enfants doit demeurer la norme.

Il y a 40 ans, le Québec choisissait la voie de l’intégration des personnes handicapées, mettant fin à des décennies d’institutionnalisation. L’objectif était évidemment que les personnes handicapées partagent la même vie que les autres citoyens. La Loi sur l’instruction publique, a fait de l’intégration en classe ordinaire la norme, ne permettant qu’il en soit autrement que de façon exceptionnelle.

En suivi à la rencontre des partenaires du scolaire du 25 octobre dernier et suite à la reprise des travaux du Groupe de concertation en adaptation scolaire (GCAS) en décembre, l’AQRIPH croit que c’est ensemble que les acteurs de l’éducation vont réussir à adopter et réaliser une vision d’intégration à la classe ordinaire qui continuera d’être la norme au Québec. Laissez-nous la chance de nous concerter et de travailler ensemble le sujet plutôt que de laisser des moyens drastiques comme le retour à la classe spéciale dicter la vision à développer.

L’AQRIPH est très consciente que l’intégration ne se fait pas sans moyens. Ceci nécessite un changement d’attitudes et l’acquisition de nouveaux savoir-faire qui rendent impératif l’investissement dans la formation, notamment pour les enseignants, les professionnels et les directions des écoles.

L’éducation doit être un acte partagé et nécessite un dialogue franc. Ce n’est pas en s’opposant mais en s’alliant que l’on peut réussir. La reprise des travaux du GCAS a été demandée en octobre dernier et la ministre Beauchamp à répondu promptement à cette demande. L’AQRIPH croit sincèrement que les solutions se trouvent dans ces travaux concertés du ministère où sont présents tous les acteurs pertinents du milieu de l’éducation dont la FAE.

Monsieur Charest, il vous faut réitérer aux acteurs de l’éducation que le rôle qu’ils ont à jouer dans le dossier de l’intégration est au sein des instances de concertation, et non à la télévision…

- 30 -

Source : Isabelle Tremblay directrice de l’AQRIPH 418.694.0736

Contribuez au développement de la FQA
Faire un don
Devenir bénévole Devenir membre
Nos partenaires