Contribuez au développement de la FQA :

Libre opinion - Pas d'incertitude pour l'intégration scolaire

Lettre au premier ministre Jean Charest,
Paru le 4 mai 2010 dans Le Devoir

 L'Association du Québec pour l'intégration sociale, constituée de plus de 80 organismes, principalement des associations de parents de personnes qui ont une déficience intellectuelle, demande à votre gouvernement de cesser d'entretenir doutes et incertitudes dans le dossier de l'intégration scolaire.

Au Québec, la législation est très claire: elle favorise l'intégration en classe ordinaire. La Loi sur l'instruction publique et la Politique d'adaptation scolaire  sont venues renforcer notre Charte des droits et libertés du Québec. Plus récemment, votre gouvernement a adopté la Loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale et a même donné à l'Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) la mission de veiller à ce qu'elle soit respectée. Le mois passé, le Canada, après avoir pris avis auprès des provinces, a ratifié la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées de l'ONU. C'est donc vers l'intégration, voire l'inclusion que tendent la législation, les règlements et même la jurisprudence.

Mais, qu'entend-on dans les médias? Que la ministre de l'Éducation Michelle Courchesne ne veut pas d'intégration «à tout prix» (mais qui le demande?), que vous-même voulez revoir la question de l'intégration des élèves en difficulté.

Après les déclarations de la ministre de l'Éducation, vos paroles sonnent comme une menace.

Cette polémique engagée dans les médias autour de l'intégration des élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA) cause bien des tourments aux parents que nous sommes, mais surtout cause du tort à nos enfants. La loi et la politique sont unanimes: l'intérêt de l'enfant doit primer. Comment voulez-vous qu'ils développent une image positive d'eux-mêmes, lorsque, d'une part, nos enfants bénéficient des bienfaits d'une société qui tend de plus en plus vers l'inclusion et, d'autre part, on leur attribue constamment la responsabilité des difficultés qui se vivent dans le réseau scolaire?

Pour peu que l'on connaisse le milieu de l'éducation et celui des personnes ayant des limitations fonctionnelles, on constate qu'il se dit vraiment n'importe quoi sur le dos des EHDAA. Ces élèves seraient responsables de tous les maux, y compris le décrochage scolaire. Nous demandons que votre gouvernement rétablisse les faits, plutôt que d'entretenir des préjugés. Que l'on cesse de mettre dans le même panier les élèves qui ont des besoins tout à fait différents. Que l'on cesse de laisser croire que tous les EHDAA dérangent toute la classe et prennent toute l'énergie de son enseignant.

La population doit savoir que l'intégration est possible et profitable pour tous. Une étude remise au Comité de gestion de la taxe scolaire de l'île de Montréal a même démontré que les commissions scolaires anglophones de l'île de Montréal réussissent mieux que les commissions scolaires francophones du même territoire au niveau de l'intégration à la classe ordinaire des élèves, au niveau de la diplomation des élèves en cinquième secondaire et au niveau de la rétention des élèves et des enseignants. Et ce, avec des budgets équivalents...

Ne doit-on pas remettre en question les manières de faire? Ne devez-vous pas amener vos troupes à s'ouvrir à l'intégration? Ne devez-vous pas aider le milieu scolaire à appliquer la loi? Ne devez-vous pas l'aider à vaincre ses réticences, sa rigidité, plutôt que les entretenir? Alors que nous devrions être depuis longtemps dans le comment (intégrer), nous retournons constamment à la case départ dans le pourquoi (intégrer).

Tous les parents dont les enfants ont vécu l'intégration vous le diront de façon unanime: lorsqu'il y a une réelle volonté, l'intégration est gagnante. Lorsqu'une direction d'école décide d'intégrer un élève et qu'il y a le soutien de la commission scolaire, tout est possible. N'est-ce pas le message que votre gouvernement devrait envoyer aux électeurs?

À l'instar de nos collègues de la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec, nous vous demandons de vous prononcer clairement en faveur de l'intégration scolaire et d'inviter tous les milieux concernés au respect des lois et politiques québécoises. Nous vous demandons aussi de faire en sorte que les discussions reprennent au Groupe de concertation en adaptation scolaire pour trouver des solutions concertées.

par Lucie Villeneuve - Présidente de l'Association du Québec pour l'intégration sociale Lucie Villeneuve

Contribuez au développement de la FQA
Faire un don
Devenir bénévole Devenir membre
Nos partenaires